GRAND MERE

Moi, je viens d’un monde sans racine je viens d’une vie détachée de la vie détachée de l’harmonie de l’univers je viens d’une terre uniforme dans laquelle l’individu arbore ses cheveux coupés en quatre par le fil du rasoir.
je me suis enfui après avoir lié ma chevelure grisonnante en folles dreadlocks naturelles.

Et toi, tu es juste la nature, tu es le chant de ta Terre
tu es celle qui ne se rend jamais
tu es celle qui sait
tu sais le chant de chaque être
tu sais le chant de chaque plante
tu sais les vibrations des tambours
tu sais les vents la pluie les orages
tu sais aussi les soleils les rivières les pierres.
tu sais le galop des chevaux dans la poussière
tu sais le bêlement des brebis
tu sais leur laine pour tes tapis
tu sais tes chiens qui t’escortent en fidélité
tu sais les êtres qui fleurissent en amitié
tu sais tes parents et leurs parents et leurs parents
tu sais tes enfants rieurs ou tes enfants souffrant
tu sais tous les récits de ton clan depuis la nuit des temps. Je viens chercher ta guérison à travers la pierre alchimique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :