FUCK THE NUKE

l’averse noire arrose la chaleur synthétique d’un après-midi d’août  l’orage électrique tombe d’un coup avant que ne champignonnent  les fumées toxiques venues du ciel / dans une flaque d’eau croupie un enfant japonais rougit les jambes brûlées par le soleil atomique entre les bras d’une mère désarmée il pleure ignorant la cause de sa douleurLire la suite « FUCK THE NUKE »

Life in the woods

Jah vit dans des papillons aux ailes rouges ou noires comme l’anarchie  piquetées de points d’un blanc virginal Jah vit dans les hirondelles  aux queues effilées comme les aiguilles d’un sapin penché au bord de l’étang de Walden Les héritiers de Thoreau – mais ils ne le savent pas, car d’une part, personne ne leurLire la suite « Life in the woods »

Un seul bracelet ne tinte pas .

Une seul bracelet ne tinte pas, une seule goutte d’encre ne teinte pas.  Dans les cieux africains d’un soir de rien, le jeune homme saillit du bois sacré. Les Anciens l’avaient encombré d’un nouveau pouvoir envoûtant. Le voilà maintenant paré à se révéler grand au nez et à la barbe du clan. Loin des plisLire la suite « Un seul bracelet ne tinte pas . »

EXPERIENCE D’ECRIVEUX

AVANT PROPOS : la nuit dernière, je me suis réveillé. Une phrase flottait sur mon sommeil. « Un jour tu seras reine et je serai moi ». J’en ai ajouté une que j’ai oubliée au matin. Elle reviendra une autre fois. Elle sera une autre expérience. Ce soir, j’ai écris une suite sans arrêt. Je ne saisLire la suite « EXPERIENCE D’ECRIVEUX »

EN HAUT DE MA RUINE

La pierre chauffe son ocre sous le soleil. Le mur entier chauffe son étendue dévastée sous le soleil. La pierre ocre est celle de mon élan. J’y accroche mes doigts repliés à m’en blanchir les articulations afin de me hisser au point où mes baskets m’offrent le décollage espéré. Personne ne les appelle Converses àLire la suite « EN HAUT DE MA RUINE »