Walk on the wild side

Je marche dans la foret et j’avance

Je marche dans la forêt et j’avance d’un pas,

puis d’un pas, puis d’un autre pas.

Je marche dans la forêt puis j’avance d’un pas,

un pas cible, un pas qui se tend.

Alors je suis Samira, j’avance.

Son jour envie sa nuit,

son ciel emplit sa pluie,

son pas se vit en destinée

vers la ville de ses chastes visées.

Islamabad brille au bout de son nez.

Je marche dans la forêt puis j’avance d’un pas

Un pas cible, un pas d’âme, pas d’âme.

Maintenant, je suis Marcel, j’avance.

Sa vie séduit dans les sillons,

son pied accroche son sol natal,

son soc plombe sa démarche 

son vieux pas de paysan égaré

en ces terres ancestrales.

Une chanson d’Edith Piaf s’enflamme au bout de son moi.

Je marche dans la forêt et j’avance.

Je suis toutes celles je suis tous ceux

qui d’un seul geste pulsent une histoire,

un ralenti au mouvement 

d’un nouveau film, quelque part, ailleurs,

parce que quelque part est toujours ailleurs

dès que je lève un pied 

pour le planter là 

devant moi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :